EN FR

     

Accueil | Koniambo Nickel SAS

Environnement

Bientôt de nouveaux indicateurs pour le Suivi du milieu marin

19/08/2016

Une trop forte pluie à la Baie des Citrons pendant plusieurs jours, et l’eau douce se déversant dans la mer en modifie légèrement la salinité. Il n’en faut pas plus pour perturber les coraux qui s’y développent.

Etudiant en Aquariologie à Nouméa, Charles est l’un des chercheurs qui participe à des recherches à l’IRD (Institut de Recherche et de Développement en Nouvelle-Calédonie) et à l’Aquarium des Lagons à  Nouméa. Il travaille aux côtés d’autres chercheurs dont Andy Wright, superviseur Environnement chez Koniambo Nickel :

 

« Notre objectif final est d’être en mesure de fixer un seuil d’activités et de rejets en milieu naturel qui nous servirait aussi d’indicateurs de contrôle quant à notre impact industriel sur le corail. Une règlementation existe déjà, mais nous avons décidé d’aller plus loin.»

 

Actuellement, des suivis de mesures en milieu marin sur la croissance du corail sont réalisés sur le site de Koniambo Nickel. Ils permettent de dégager une grande quantité de données, mais mobilisent une ressource importante pour des indicateurs jugés insuffisants (la croissance du corail n’étant qu’un des nombreux facteurs de santé).

Durant sa formation, Andy a donc orienté son sujet d’étude vers la création de nouvelles « façons de mesurer et de contrôler » la santé du corail. 

 

Dans des bacs sont trempés des échantillons de corail, prélevés en milieu naturel. Cela s’apparente à des aquariums reliés à des tubes pour observer la réaction des coraux à différentes stades d’expérimentations. La recherche prend alors deux orientations : d’une part, l’injection de métaux lourds dans l’eau des bassins, afin de déterminer la dose mortelle d’accumulation de Nickel ;  et d’autre part la simulation d’un réchauffement climatique, à travers la montée en température progressive de l’eau.

 

« Le corail est un organisme fascinant, un animal qui vit en symbiose parfaite avec des micro-algues qui se développent dans sa structure biologique : les zooxanthelles. En cas de stress, le corail perd ses zooxanthelles, blanchit et meurt. »

Andy procède donc à tous les essais nécessaires, suivant un protocole d’expérimentation précis, la dernière phase étant une observation directe sur le site de Koniambo Nickel.

 

Au final, outre une avancée scientifique certaine, son travail permettra à l’entreprise d’obtenir une meilleure qualité de données pour un coût moindre.

Retour aux actualités Archives Archives : Environnement
Koniambo Nickel SAS