EN FR

     

NOS ACTIONS ET PROJETS

Les contrats

La SAS Vavouto fédère un grand nombre de particuliers, de petites entreprises et de GDPL (Groupement de droit particulier local, réunissant des clans) de la province Nord. Son capital (645 000 euros) est réparti entre 38 GDPL (60 %) et 1 163 actionnaires individuels de la province Nord (40 %).

Moyennant un accord-cadre avec Koniambo Nickel, la SAS Vavouto a bénéficié des marchés de terrassement, mais elle est soumise aux lois de la concurrence dans tous les autres domaines. C’est ainsi qu’elle a pu remporter quelques autres marchés dans certains autres domaines, dont celui des carrières et de la logistique.

Dès 2009, la SAS Vavouto a été en mesure de distribuer des dividendes à ses actionnaires. Les retombées économiques en faveur de la Nouvelle-Calédonie, générées par les marchés de travaux, contrats de services et commandes diverses passés par Koniambo Nikel sur site, ont bénéficié à hauteur de 53 % à des entreprises de la Province Nord et à 47 % à des entreprises de la Province Sud.

sous-traitants “À la mi 2011, 187 entreprises calédoniennes, dont 94 établies en Province Nord, ont ainsi bénéficié de quelque 220 contrats directs.“

À la mi 2011, 187 entreprises calédoniennes, dont 94 établies en Province Nord, ont ainsi bénéficié de quelque 220 contrats directs. Une cinquantaine d’entreprises du Nord ont été constituées, avec une forte participation coutumière, spécialement pour réaliser le Rêve Koniambo :

  • • 38 entreprises de travaux de terrassement
  • • Sowemar (services portuaires)
  • • GIE des transporteurs du Nord (transport des employés sur et hors site)
  • • Fwang Gardiennage (gardiennage du site de Vavouto)
  • • ASN (gardiennage du massif et de Kataviti)
  • • Maabula (ménage et entretien de locaux)
  • • GIE Pépinières du Nord (revégétalisation)
  • • STMK (entretien des ouvrages de lutte contre l’érosion et de pistes sur le massif)
  • • Djelawe Maintenance (entretien d’engins de chantier)
  • • Silver SARL (nettoyage de véhicules légers)
  • • SARL Wahnidjane (replantation de mangrove)

Les retombées économiques locales à fin 2013 sont estimées à 252 milliards CFP dont :

retombées économiques locales

Quelques projets financés en 2012

Koniambo Nickel SAS a instauré en son sein un « comité de contributions » pour aider des initiatives issues de la société civile et a alloué, au total en 2012, 29,1 millions de francs à cette activité.

En matière de santé et de sécurité, il finance l’installation de bennes à ordures et de toilettes publiques dans le village de Koné ou la pose de radars pédagogiques à l’entrée des trois communes de Voh-Koné-Pouembout et à la tribu d’Oundjo, proche du site de Vavouto.

Le monde de l’éducation n’est pas en reste : aide aux déplacements pédagogiques des collégiens de Koné, participation à la Fête de la science…

Quant à ce que Koniambo Nickel SAS appelle le « développement communautaire », elle y attache une attention toute particulière : en 2012, elle a participé à la rénovation de la salle socioculturelle de la tribu de Ouélisse, à Voh, équipé les chambres de l’hôpital de Koumac en téléviseurs, aux côtés de l’association « Hôpital du cœur » ou soutenu l’organisation d’un colloque sur le dispositif Cadre Avenir.

Si bien que Koniambo Nickel SAS travaille aujourd’hui avec plusieurs mairies du Nord et un réseau d’une trentaine d’associations. Règle de conduite intangible : pas de soutien financier pour les partis politiques ou congrégations religieuses isolées.

De la mine à la scène

Innovant et plus propre

L’usine de Koniambo Nickel SAS fonctionne avec le procédé NST, pour « Nickel Smelting Technology ». Développée et brevetée par Falconbridge Ltd., cette technologie améliorée découle de l’expérience engrangée au sein de plusieurs unités pyrométallurgiques à travers le monde.

L’objectif : gagner en efficacité énergétique et réduire l’impact environnemental de la production de ferronickel. Comme les usines pyrométallurgiques à travers le monde, celle de Vavouto à Gwangyang en Corée, celle de Vavouto calcine le minerai de nickel, liquéfie dans un four électrique les oxydes métalliques solides obtenus pour en séparer le métal, puis affine ce ferronickel en en ôtant le soufre.

Pas de poussières résiduelles
Koniambo Nickel SAS